Vous êtes ici : Accueil > Les infos > Saint Priest - FCS74, vu des tribunes

27/08/2006 à 10:30

Saint Priest - FCS74, vu des tribunes

Saint Priest - FCS74, vu des tribunesIl fallut ainsi moins de cinq minutes au FCS 74, tout de noir vêtu, pour se mettre à l'évidence par l'intermédiaire du trio Sylla, Coquio et Moukoko. Aboubacar était titulaire pour la première fois de la saison après être deux rentrées en cours de matches tandis que Florian retrouvait le championnat après deux semaines d'absence. Dos au but, Sylla arrivait tout de même à lancer Florian Coquio - très en vue hier soir - qui éliminait d'un crochet son défenseur dans la surface avant de passer pour Moukoko. La frappe de ce dernier passait cependant trop à gauche du poteau de Legalle. Ce dernier, se mettait en évidence quelques minutes plus tard après que Coquio eut lancé Moukoko dans le dos de la défense. Sa passe était malheureusement un peu trop longue, d'autant que Legalle avait bien anticipé. Dommage, mais les bonnes intentions étaient là et les Croix de Savoie partaient sur de meilleures bases que lors des trois premières rencontres.
Les locaux essayaient de répliquer, mais n'arrivaient pas à aller inquiéter Durand, souvent pris au piège du hors-jeu. On sentait pourtant qu'ils pouvaient se montrer dangereux et qu'ils n'avaient rien à voir avec les équipes rencontrées précédemment..

Au quart d'heure de jeu, Sylla était à deux doigts de trompé Legalle après être venu couper un centre de Moukoko. Le ballon finissait malheureusement dans le petit filet mais les Saint-Priauts venaient de se faire une grosse frayeur.
Le jeu se stabilisait ensuite au milieu de terrain, mais le match restait cependant agréable à suivre. Di Tommasso alertait une première fois Durand, d'une demi-volée trop croisée avant qu'un autre attaquant de l'ASSP ne trouve la transversale après une frappe puissante des 16 mètres. Durand en s'avançant plutôt que de rester sur sa ligne, l'obligea à frapper de suite. La mi-temps était toute proche et les Croix de Savoie venait de vivre leur première alerte.
Dans les arrêts de jeu, un contre rapidement mené entre Coquio, Gomes et Moukoko aboutissait à la tête de ce dernier, le ballon passant une nouvelle fois très près du poteau. Et comme cela avait été le cas auparavant, ce fut du mauvais côté. Junior démontrait une nouvelle fois sa capacité à prendre les ballons de la tête ou de la poitrine. Un vrai battant. Cette première mi-temps était encourageante même si elle ne fut ponctuée d'aucun but.

Et puis là, patatras. Les Croix de Savoie, rentré trois bonnes minutes avant les locaux, pour cette seconde période, semblait concentrés, mais le retour des vestiaires fut fatal. Saint-Priest éleva son jeu et étouffa le FCS 74 durant un bon quart d'heure. Ainsi sur un centre plongeant côté gauche, Di Tomasso ‚Äìd'un gabarit impressionnant ‚Äì effleurant juste le ballon de ce qu'il faut. Durand sur la trajectoire, mais sûrement surpris par la légère déviation et le rebond, ne fit que freiner le ballon.
Les Croix de Savoie réagissaient timidement et Dino voyait son centre-tir dévié par Legalle sur sa transversale. Le ballon longeait la ligne de corner, avant que Moukoko ne le remette dans l'axe d'une retournée. Cela ne donne cependant rien, l'arbitre signalant le jeu dangereux de Junior.
Saint-Priest doublait le score, de nouveau par Di Tommasso, sur un contre rapidement mené. Yo sortait à sa rencontre mais Di Tommasso le contournait et n'avait plus qu'à redresser le ballon dans les buts. La défense, prise à défaut sur cette action arriva bien trop tard.

A 1-0, ce n'était déjà pas évident, à 2-0 ce l'était encore moins. D'autant qu'on ne voyait pas comment les Croix de Savoie pouvait relever la tête. Les locaux étaient à deux doigts d'en marquer un troisième après avoir très bien fait tourner le ballon dans nos 20 mètres. Heureusement le pied de Chalier évitait que le score ne devienne trop lourd. Après ce quart d'heure de feu, Chevailler, fraîchement entré en jeu se distinguait d'une frappe comme je les aime des 20-25 mètres, très près du cadre. Plus tard, Moukoko se mit encore en évidence sur un centre de Chapdaniel, tout comme P.-E Dupraz, d'une belle frappe de 20 mètres que Legalle dut détourner en corner. Les occasions étaient là mais elles ne finirent jamais au fond des filets. Saint-Priest se mit aussi en évidence, bien souvent aidé par des largesses défensives mais n'arrivait pas à inscrire ce troisième but. 2-0, cela suffisait déjà bien.