Vous êtes ici : Accueil > Les infos > Libourne - FCS74, revue de presse

22/01/2006 à 14:00

Libourne - FCS74, revue de presse

Libourne - FCS74, revue de presseNATIONAL (21e JOURNEE)
Après un match aller électrique (1-1, trois cartons rouges côté savoyard contre un à Libourne), on s'attendait à un match accroché, hier soir, du côté du stade Jean-Antoine Moueix. Il le fut en effet. Face aux gabarits visiteurs, les Pingouins ont alors essayé de répondre par le jeu. Ils y parvinrent, notamment en première mi-temps. La seconde fut beaucoup plus hachée, Croix-de-Savoie voyant, au fil des minutes, son objectif se concrétiser.
Volontaires, appliqués, il n'a manqué que la finition aux Pingouins en première mi-temps. Les Savoyards, parfaitement organisés, ne laissaient pas une once d'espace dans leurs derniers vingt-trente mètres. La première brèche survenait donc après un petit temps d'observation, sur une ouverture de Rambier côté droit pour Behlow qui se télescopait avec le gardien visiteur Durand à l'entrée de la surface (10e). Bis repetita sur la deuxième occasion des Pingouins, deux minutes plus tard, mais cette fois sur le côté gauche avec Dohin qui se faisait accrocher à l'entrée de la surface par Durand, trompé par le rebond. L'arbitre ne bronchait pas.

Tout près du but. Toujours dominateurs dans le jeu, les Libournos-Saint-Seurinois essayaient tant bien que mal de contourner le bloc visiteurs. Mais lorsqu'ils y parvenaient, c'est malheureusement dans la finition que les hommes de Didier Tholot pêchaient. Behlow, seul au deuxième poteau après une déviation de la tête de Dohin, sur un centre côté droit de Valbuena, enlevait trop sa frappe (15e). Descamps, dans l'axe, n'inquiétait guère plus le portier visiteur sur une frappe pas assez appuyée (17e). C'est à ce moment que Croix-de-Savoie commença à sortir le bout de son nez. D'abord sur une belle frappe de Chevalme aux vingt mètres (20e) puis sur celle de Gomes (21e) de peu à côté. Les Pingouins reprenaient alors timidement le dessus en fin de première mi-temps. Après l'action la plus dangereuse côté savoyard une frappe à ras de terre de Valente bien captée par Potel les Pingouins étaient tout près d'ouvrir la marque : sur un coup franc côté gauche de Valbuena, Descamps, seul au point de penalty, voyait sa tête décroisée détournée d'une belle envolée de Durand. Au retour des vestiaires, l'engagement et par conséquent la tension, montaient encore d'un cran. Les Savoyards, acculés dans leur camp, se contentaient de contrer mais sans jamais se créer la moindre occasion. Les Pingouins, eux, tombaient naïvement dans le piège de la provocation. Le public n'avait alors plus grand chose à se mettre sous la dent si ce n'est à la 60e minute, ce qui aurait dû être le but libérateur : Kebe lançait Dohin dans la profondeur qui remisait dans l'axe pour Descamps mais son plat du pied, aux six mètres, rasait le montant gauche de Durand.

Source: Sud Ouest